Sélection de la page

Chiffres clés

Données nationales

L’enquête IVQ, Information Vie Quotidienne, réalisée par l’INSEE et exploitée par l’ANLCI, a permis de disposer de données précises sur l’illettrisme en France et de mieux cerner ce phénomène.

 

UN CHIFFRE GLOBAL ÉLEVÉ
2 500 000 personnes, soit 7 % de la population âgée de 18 à 65 ans résidant en France métropolitaine et ayant été scolarisée en France, est en situation d’illettrisme.

Illettrisme et âge

 

Contrairement aux idées reçues qui limitent l’illettrisme aux plus jeunes, plus de la moitié des personnes en situation d’illettrisme a plus de 45 ans.

 

 

Illettrisme : hommes ou femmes ?

Sur les 2,5 millions de personnes concernées,

60,5 % sont des hommes
39,5 % sont des femmes

Les résultats d’IVQ confirment les observations de PISA et de la JDC (Journée Défense Citoyenneté) qui vont dans le même sens.

Illettrisme et emploi

Plus de la moitié des personnes en situation
d’illettrisme ont un emploi.

51 % des personnes en situation d’illettrisme sont dans l’emploi
10 % sont au chômage
17,5 % sont retraités
13,5 % en formation ou en inactivité
8 % sont au foyer

 Illettrisme et territoires

La moitié des personnes en situation d’illettrisme
vit dans des zones faiblement peuplées :
26 % dans les zones rurales,
22,5 % dans des villes de moins de 20 000 habitants.

L’autre moitié vit dans des zones urbaines :
14 % dans les villes de plus de 20 000 habitants,
27,5 % dans les villes de plus de 100 000 habitants,
10 % en région parisienne.

Quelques données normande

Différents indicateurs peuvent permettre de mesurer sur quels territoires se situent les populations les plus fragilisées. Ces données reposent sur un découpage en 24 zones d’animation.

L’ex Haute-Normandie a bénéficié en 2013 d’une extension régionale de l’enquête « Information Vie Quotidienne » mené par l’Insee à la demande de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI).

Enquête IVQ

Spécial ex Haute-Normandie

Note Insee

Aval ex Haute-Normandie
Illettrisme en chiffres dans les autres régions

L’enquête « Information Vie quotidienne » (IVQ) menée en 2011 a été étendue à plusieurs régions françaises dont la Haute-Normandie

Les chiffres de la Journée défense citoyenne (JDC)

Des indications précises sur les jeunes âgés de 17 ans, soumis à des tests, nous sont fournies grâce à la Journée Défense et Citoyenneté.

 A retenir pour la Normandie :

40 232 jeunes ont participé à la Journée Défense et Citoyenneté (JDC).

9,9 % ont des difficultés de lecture dont 4,1 % sont en situation d’illettrisme.

Avertissement

Les résultats des années 2016 et 2017 ne peuvent pas être interprétés en évolution. En effet, les années 2016 et 2017 marque une rupture de série par rapport aux années antérieures en raison de problèmes techniques rencontrés lors des passations. Ces problèmes ont empêché les jeunes de répondre à certains items, or une non-réponse est considérée comme une non-maîtrise de ce qui est attendu. Ces problèmes impactent de la même façon l’ensemble des sites d’accueil de la JDC.

 

Du côté du national : (Source : note DEPP n°14 – mai 2016)

En 2015, plus de 770 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans, de nationalité française, ont participé à la JDC.

8,8 % des participants rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture dont 3,6 % sont en très grande difficulté.

 En France métropolitaine, c’est au nord de la Loire que les difficultés de lecture sont les plus fréquentes.

Les chiffres d’alerte pour prévenir des situations d’illettrisme

Évaluation numérique des compétences du socle en début de sixième – 2016 (note DEPP n°18 – juin 2016)

 Pour la première fois en France, une évaluation par ordinateur a été conduite auprès d’un très large échantillon d’élèves représentatif de chacune des académies (160 000 élèves de sixième).

Cette opération d’envergure a permis de décliner un ensemble d’indicateurs de résultats au niveau de chaque académie. Les élèves évalués sont entrés très majoritairement en CP en septembre 2010.

Lecture sur supports numériques en fin de collège DEPP – 2015 (note DEPP n°43 – novembre 2015)

On retiendra de cette étude qu’un peu plus d’un élève sur deux est capable de développer des stratégies de l’appropriation de l’information.

Elle permet de distinguer deux ensembles d’élèves : « une petite moitié (45 %) ne peut que prélever et interpréter des informations explicites et est aussi confrontée aux problèmes de lecture d’informations.

Les autres élèves ont acquis et développé des compétences en lecture exploratoire et sont capables d’établir des stratégies de navigation.

dolor. eget mattis elit. tristique facilisis Aliquam ut eleifend justo Sed